Naissance d’un système d’incarcération révolutionnaire

La révolution américaine (1775-1783) pose les jalons d’un état fédéral guidé par des idéaux républicains et démocratiques. La nouvelle nation américaine ancrée dans le siècle des Lumières est en quête d’identité, de valeurs et cherche à être un exemple pour le monde entier. Les questions sociales sont au cœur des débats et c’est dans ce contexte que la construction d’une nouvelle prison à Philadelphie, terre de l’Indépendance, est pensée.

Le Dr Benjamin Rush, homme du XVIIIème siècle, a partagé sa conception de la prison comme un lieu de repentance, de réflexion sur le crime qui favoriserait la réhabilitation du coupable.Près de 30 ans plus tard les réflexions du Dr Rush se concrétisent avec la construction de l’Eastern State Penitentiary par l’architecte britannique responsable du projet, Haviland.

Précurseur d’un système révolutionnaire qui encourage l’isolement cellulaire jour et nuit ainsi que le travail à même la cellule, le pénitencier deviendra aussi un modèle pour plus de 300 prisons dans le monde entier.

eastern state penitentiary Philadelphia

Une prison haut de gamme

De style néogothique le pénitencier est construit en forme d’étoiles, certaines ailes ont un étage.

Eastern state penitentiary

L’imposante « muraille » avec sa façade médiévale a pour but d’intimider le nouvel occupant ! Un dernier regard sur la civilisation et c’est l’enfermement. L’ennui, la solitude et la mélancolie seront ses seuls compagnons pendant sa période de détention.

Le Pénitencier est la structure politique la plus grande et la plus chère jamais construite à l’époque. Système de chauffage central (matérialisé par de longues conduites d’eau) mais aussi toilette dans chaque cellule, le bâtiment sera même doté de l’eau courante bien avant la Maison Blanche elle-même !

eastern state penitentiary Philadelphia

eastern state penitentiary Philadelphia

Chaque cellule possède un puits de lumière qui symbolise « l’œil de Dieu », le Seigneur est avec eux et les accompagne dans la repentance. Le système d’isolement est pour certain une punition bien pire que les châtiments corporels. Les visites, les livres ainsi que les lettres sont des divertissements dont ne peuvent jouir les détenus.

eastern state penitentiary Philadelphia

Lors de leurs déplacements les détenus sont cagoulés afin que personne ne les reconnaissent et qu’ils ne voient pas leurs compagnons de cellule. Les gardiens sont obligés de leur rendre visite au moins une fois par jour et les surveillants trois par jour. Toute communication avec autrui est interdite ce qui empêche les complots et les soulèvements de groupe des détenus.

Face à la laideur de son crime, le détenu demande pénitence sans opposer de résistance, malgré tout, s’il cherche à violer les règles c’est au bloc 14 qu’il aura rendez-vous. Plongé dans une obscurité totale, enfermé dans un espace restreint et rationné c’est ici qu’il pourra réfléchir à ses actes. Pire encore « The Hole », la fosse est un lieu qu’il voudra éviter à tout prix après y avoir passé quelques jours.

La pratique bien différente de la théorie

Malgré ces bonnes intentions, avec le temps la réalité d’incarcération change à l’Eastern State Penitentiary. La montée du crime, la guerre de Sécession sont des facteurs qui font augmenter la population carcérale. En 1913, le système de confinement est abandonné en raison du surpeuplement. La capacité initiale est de 450 détenus mais après la fin de l’isolement cellulaire ce sont jusqu’à 1700 personnes qui occuperont les blocs cellulaires en 1926.

Aujourd’hui on sait que les détenus participaient à la vie du pénitencier, certains en travaillant à la cuisine, à l’infirmerie ou encore embauchés pour les travaux d’agrandissements. Avec le temps l’isolement cellulaire, principe pourtant fondateur de la prison, devient une mesure disciplinaire.

Détenus célèbres

Comme toute prison un tant soit peu connue, on n’échappe pas à la règle des détenus célèbres.

En 1929, Al Capone arrive pour 8 mois en détention pour port d’arme illégal, ce sera son premier séjour dans une prison. Sa cellule reflète très bien « la grandeur » de son occupant. Située au centre de l’étoile, les murs y sont recouverts de tapisseries et de peintures à l’huile. Le mobilier est luxueux et agrémenté d’antiquités.

eastern state penitentiary Philadelphia Al Capone

Willie Sutton célèbre en tant que voleur de banques n’était pas un prisonnier de tout repos. Avec 11 co-détenus il creusa un tunnel qui les mena tout droit à l’extérieur de la prison, l’évasion fut de courte durée mais reste la plus importante dans l’histoire du pénitencier. La restauration et les fouilles des années 2000 nous indiquent que les détenus avaient réussi à éclairer leur tunnel à l’électricité, on retrouva également une trentaine de tunnels aboutis ou non.

Plus improbable on mentionne aussi la détention de Pep, chien tueur de chats condamné à perpétuité. Cette pauvre bête aurait assassiné le chat du gouverneur de Pennsylvanie ce qui lui valu ce long séjour en prison.

1971, fermeture des portes

Les détenus sont relocalisés et le bâtiment devient alors le terrain de jeux de nombreux chats errants dont on retrouva certains cadavres.

En 1994, l’abandon du lieu a causé de si graves détériorations que l’endroit est déclaré en semi-ruine. C’est d’ailleurs cette même année que le Pénitencier ouvre ses portes pour des visites historiques.

Un lieu attractif

Les blocs non rénovés et encore fermés au public sont les plus intéressants car ils témoignent de la noirceur et de l’horreur de la vie cellulaire. Quelques artistes ont aujourd’hui investi certaines cellules pour offrir au visiteur leur vision de la prison.

Les audio-guides offrent des récits captivants ainsi que des témoignages d’anciens gardiens ou détenus. Le site est très bien expliqué avec de nombreuses pancartes explicatives.

Selon les périodes le lieu se révèle presque attractif :

  • Chasse au trésor pour les enfants
  • « Terreur derrière les murs » pour Halloween
  • Jour de la Bastille en juillet

Tarifs et horaires

  • Adultes = 14$
  • Enfants = 10$
  • Ainés = 12$

La visite du Pénitencier est comprise dans le City Pass pour la ville de Philadelphie.

eastern state penitentiary Philadelphia

Rendez-vous sur Hellocoton !