Les plantations en Louisiane sont des témoins d’une partie sombre de l’histoire des Etats-Unis, celle de l’esclavagisme mais aussi le reflet d’une époque florissante pour la culture de canne à sucre. Après la guerre de Sécession (1861-1865) et l’abolition de l’esclavage le paysage social se transforme complètement et entraîne le déclin des plantations. Vendues, elles passent de main en main et les coûts reliés à leur entretien découragent les propriétaires, la plupart sont donc abandonnées et détruites. La sauvegarde des plantations de la Louisiane est en partie due aux associations ou aux riches propriétaires qui se sont unis pour que la Louisiane garde ce précieux patrimoine.

Des 350 plantations en activité au XIXème siècle de la Nouvelle Orléans à Bâton Rouge il en reste peu, seulement huit d’entre elles ont pu traverser les temps et ouvrent aujourd’hui leurs portes aux visiteurs.

On les aurait volontiers toutes visitées lors de notre séjour mais le temps jouant contre nous, nous avons opté pour Oak Alley et Laura Plantation, toutes deux très différentes. Par contre elles ne sont qu’à quelques kilomètres l’une de l’autre donc il est très facile de les visiter dans la même journée.

Oak Alley

La mythique, la plus connue et sans aucun doute la plus photographiée de toutes les plantations, nous vous parlons bien d’Oak Alley et sa célèbre allée de chênes centenaires. Ces derniers furent plantés par un colon français vers 1700, la propriété quant à elle fut construite en 1840 par un riche planteur de canne à sucre, Jacques T. Roman. La maison qui s’appelait à l’origine Bon Séjour s’inspire des temples grecs avec ses énormes colonnes, le panorama est vraiment à couper le souffle lorsque nous sommes au bout du chemin.

oak alley platation

La visite guidée se fait par un membre du personnel en costume d’époque et en anglais seulement, pour les autres des guides vous seront remis dans votre langue. De pièce en pièce nous en apprenons un peu plus sur les quelques familles qui y ont vécu en s’attardant sur la première, celle des Roman et sur celle des derniers propriétaires Monsieur et Madame Stewart. Ce couple a racheté la propriété en 1925, laissée et délaissée par les précédents occupants, Oak Alley reçu beaucoup d’amour de ces derniers habitants, puisqu’ils la restaurèrent complètement. Madame Stewart fonda une association à but non lucratif afin qu’Oak Alley soit ouverte au public, c’est donc grâce à elle, comme nous le rappelle la guide, que nous pouvons la visiter.

Au premier étage on découvre le salon et la magnifique salle à manger avec son système de ventilation très novateur pour l’époque. La cuisine était située à l’extérieur de l’habitation principale afin d’éviter les incendies. Les Roman, comme tous les autres riches planteurs, recevaient beaucoup et lorsque les esclaves apportaient les plats ils devaient chanter de la cuisine jusqu’à la salle à manger assurant ainsi aux convives qu’ils n’avaient rien mangé dans les plats qui allaient leur être servis. Autre anecdote on apprend que l’ananas était un signe d’hospitalité, lorsque les invités restaient dormir on leur en déposait un au pied de leur lit, un second y était déposé si vous restiez un peu trop longtemps au goût des propriétaires, c’était alors le temps de quitter.

oak alley salle à manger

chambre oak alley

A l’étage on découvre les chambres, le bois du lit de la chambre principale est sculpté et représente le fameux ananas. Du mobilier d’époque de cette chambre il ne reste rien mis à part le berceau dans lequel les enfants Roman ont grandi, des portraits de la famille parent les murs du palier. Le clou du spectacle est sans contredit l’ouverture des portes menant au balcon, on peut y admirer la majestueuse allée des 28 chênes centenaires :

allée de chênes balcon

On apprend qu’à Oak Alley, les cabanes des esclaves étaient réellement situées aussi près de l’habitation principale, configuration très rare qui s’explique par le fait que la Maison a été construite après la mise en fonction de la plantation et l’arrivée des Roman.

Les maisons reconstituées des esclaves nous font découvrir une partie du quotidien de ces hommes et des ces femmes asservis. Aussi étrange que cela puisse paraître ces reconstitutions nous donnent à penser que c’était presque la belle vie pour eux, il fait beau et chaud en Louisiane, les cabanes ont l’air suffisantes et le cadre est agréable. Cet étrange sentiment s’explique certainement par le fait que peu d’éléments nous ramènent à la dure réalité de leur vie comme si toute cette part d’horreur et de violence ne faisait pas partie de l’histoire.

cabane esclave oak alley

  • Temps de visite : 1h00, environ 30 minutes pour la visite guidée
  • Coût : 20$US
  • Adresse : 3645 Highway 18 (River Road), La Vacherie

Laura Plantation

Bon même si on en a fait que deux, c’est mon coup de cœur ! Laura Plantation c’est plus que la visite du site c’est aussi l’histoire derrière les murs. L’histoire de la famille de Laura qui, pendant quatre générations, a vécu et laissé son empreinte sur la plantation.

Laura plantation

L’habitation principale est très colorée, typique des maisons créoles de l’époque. En 1994 lorsqu’une trentaine de personnes a repris le site pour l’ouvrir au public, la maison avait été repeinte en blanc c’est en « grattant » un peu qu’on a découvert sous les deux couches de peinture les couleurs d’origine. Notre guide du jour, Rocky, et son charmant français acadien, nous explique que c’est un esclave qui a construit la propriété en seulement 11 jours, les poutres étaient toutes numérotées et on aperçoit encore les chiffres gravés dans le bois. Les demeures étaient surélevées à l’aide de ces poutres qui s’enfoncent de plus de deux mètres dans la terre puisque les sols sont sujets aux nombreuses inondations.

La visite débute dans les sous sols de la maison où on y fait la connaissance du couple qui l’a construite en 1805 : Guillaume Duparc, un français originaire de Caen qui a combattu aux côtés de Washington et Lafayette et son épouse Nanette Prudhomme. Nanette dirige la plantation pendant 21 ans avant de la laisser à sa fille Elisabeth qu’elle estimait la plus apte et la plus intelligente pour prendre sa suite. Cette dernière se marie à un français propriétaire d’un château dans le bordelais, débute alors une nouvelle ère pour la plantation, celle de l’exportation et la vente des vins de Bordeaux en Louisiane. La résidence est située tout près du Mississipi facilitant donc ce nouveau commerce fructueux. Les enfants d’Elisabeth, prirent la relève et Emile, son fils, nomma la plantation en l’honneur de sa fille préférée, Laura. Laura dont les nombreuses photos tapissent les murs de la résidence ne poursuivra pas longtemps les traces de ses ancêtres, au bout de quelques années elle abandonne et vend la plantation pour se tourner vers un mode de vie plus « américain » et elle part vivre à la Nouvelle Orléans. C’est à ce moment qu’elle écrit ses mémoires qui ont été publiées depuis, la vente de ce livre servit notamment à la restauration de la plantation.

photos de Laura Locoul plantation

Il y a quelques années un incendie s’est déclaré dans la maison principale détruisant une partie entière du bâtiment et causant de nombreux dégâts à l’intérieur. Certains planchers ont du être changé et on peut voir ici et là les traces laissées par le feu. Avec humour, Rocky nous apprend tout de même qu’un congrès de pompiers se tenait tout près ce qui permit une intervention rapide.  Durant la visite on marque l’arrêt devant une grande maison en décrépitude, c’est la maison de retraite que Nanette se fit construire pour y couler des jours heureux. Des fonds avaient été rassemblés pour sa restauration mais ils durent être utilisés pour réhabiliter la résidence principale suite à l’incendie.

incendie laura plantation

maison de retraite Laura plantation

La visite guidée propose enfin un tour dans les magnifiques jardins et aussi dans les cabanes d’esclaves où de vieilles photos tapissent les murs. Laura Plantation permet aux touristes de découvrir la vie des créoles français en Louisiane, c’était d’ailleurs à l’époque la seule langue autorisée.

jardins Laura plantation

cabane esclave plantation

  • Visite guidée de 1h00
  • Coût : 20$US
  • Adresse : 2247 Highway 18 (River Road), La Vacherie

Pour conclure si vous ne devez faire qu’une seule plantation nous vous recommandons fortement Laura Plantation puisque la visite est très instructive et le site est vraiment agréable avec ses beaux jardins verdoyants. La plupart des plantations sont visibles de la route, notamment Oak Alley donc vous pourrez tout de même la contempler sur votre chemin si vous n’avez pas le temps pour une visite complète. Plus de temps à consacrer pour les plantations ? Nous vous suggérons Houmas House à Darrow et la colorée San Francisco à Garyville.

Et vous quelles sont les plantations que vous avez visité ?

Rendez-vous sur Hellocoton !