Parmi les visites incontournables dans la région de Sept-Îles et même de la Côte-Nord, le Vieux Poste de Sept-Îles est un lieu historique incroyable qui vous plongera dans l’histoire de la Région et des premiers colons européens.

Histoire du Vieux Poste de Sept-Îles

Construit en 1661 par François Bissot, le Vieux Poste de traite de Sept-Îles avait pour objectif d’établir un comptoir pour commercer avec les Innus, peuple amérindien de la Côte-Nord. Après la Conquête anglaise, le poste passera dans les mains de différents marchands avant de devenir un comptoir la Compagnie de la Baie d’Hudson, la plus vieille compagnie privée au monde. Le poste fermera son comptoir commercial en 1842.

Aujourd’hui, le post que vous pouvez visiter est une reconstitution de l’époque où celui-ci était dirigé par la Baie d’Hudson. Cette reconstitution a été basée sur les fouilles et documents d’époques retrouvées.

vieux poste de traite

Un poste de traite c’est quoi?

Le poste de traite avait pour but de faire du commerce de fourrures avec les Amérindiens et dans le cas de celui de Sept-Îles, avec les Innus. En échange de fourrures d’ours, renards, lièvres, lynx, loups, mais surtout de castors, les Innus recevaient des biens pour améliorer leur vie quotidienne tels que des couteaux, pièges, huile, tissus, armes…(image de couverture de l’article)

Les prix étaient fixés à l’avance bien que variable selon les individus, mais c’est surtout la qualité de la fourrure qui en déterminait le prix.

Parmi toutes les fourrures, celles de castors étaient les plus convoitées et les plus valorisées. Elles étaient utilisées en Europe pour faire des chapeaux. Des chapeaux en peau de castor? Oui, comme nous, vous l’ignorez sûrement, mais les chapeaux hauts- de-forme très populaire dans la bourgeoisie, étaient fabriqués à partir des peaux de castors, faisant de la fourrure de cet animal un commerce très lucratif.

chapeau peau de castor

Visite du Vieux Poste de traite

Le poste de traite compte trois parties : le comptoir de traite, l’exposition interactive et le campement innu.

Le comptoir de traite vous présente tout ce qui est lié au commerce des fourrures: les différents types de fourrures et ce que les Innus pouvaient recevoir en échange de leurs prises. Des cartes explicatives et des artefacts sont également à découvrir. Un guide est présent pour vous raconter cette époque fascinante.

poste de traite

L’exposition interactive permet de se plonger encore plus dans l’histoire de la région, du poste de traite et du commerce des fourrures. Bien qu’il y ait quelques panneaux à lire, celle-ci est conçue de manière ludique pour apprendre tout en s’amusant. Une très belle exposition qui se situe dans le second bâtiment.

Un peu en retrait, offrant une superbe vue sur le fleuve et les îles, le campement innu montre quelques habitations typiques de cette population amérindienne. Il faut noter que le poste de traite se trouve juste à côté d’une « réserve » amérindienne et que son existence est intiment à leur présence. Il est donc normal que leur histoire soit intégrée au site du Vieux Poste.

Le site dispose également d’une église qui peut accueillir différents événements et qui rappelle aussi que le lieu disposait d’une mission afin d’évangéliser les peuples autochtones.

Information

Ouverture : du 25 juin à la fin août (se renseigner pour les périodes d’ouverture fin août)
Prix : 12$ pour un adulte et 10$ pour les aînés et étudiants (gratuit pour les 12 ans et moins)
Site officiel : http://vieuxposte.com/

vieux poste Sept-iles

En ce qui nous concerne, nous avons passé un excellent moment au Vieux Poste de traite de Sept-Îles. Une visite qui nous a plongée dans l’histoire du Canada, du Québec et de la Côte-Nord et qui nous a permise de mieux comprendre pourquoi des villes comme Sept-Îles avaient vu le jour et s’étaient développées. Pour prolonger dans l’histoire, nous vous conseillons de visiter Clarke City et le Musée régional de la Côte-Nord.

Bonne visite!

Rendez-vous sur Hellocoton !